Activités 
Culturelles

Le Moulin de Villar d’Arène

Les villages et hameaux du Pays de la Meije disposaient de  un ou plusieurs moulins.        A Villar d’Arène, beaucoup ont été emportés par des crues torrentielles. Ne reste que des meules.

Le dernier moulin conservé en état est une bâtisse du XVIIème siècle. Il a fonctionné jusqu’en 1950 avec comme meunier Félix ALBERT.

Acquis et restauré par un passionné des vieilles pierres  Maurice Mathonnet.         IL abrite aujourd’hui, un éco-musée et est témoin de la vie quotidienne des montagnards.

Visites en été :   Des visites où vous sera transmis la passion de M. Mathonnet pour ce lieu authentique

La visite du moulin vous amènera à une visite du four de Villar d’Arène.


Visites  mercredi et  samedi en été 16 h
(si pluie -  10 h sur RDV  Tel 06 80 61 15 59
Tel : 04 76 79 90 65

moulin1.jpg
moulin2.jpg

Le Four banal de Villar d’Arène- Pain Bouilli

four_1.jpg

 "Lo Po Bulli"

Villar d’Arène a su conserver une tradition ancestrale du "Pain Boulli" (ou pain noir) fait de farine de seigle et d’eau.


A l’heure actuelle, les habitants partagent ce moment de respect de la tradition et de la convivialité lors de sa fabrication le 3ème weekend de novembre  (vu à FR3 " Faut pas rêver-Chronique d’en Haut")
Des visites commentées sont organisées par l’association du Four pour transmettre un témoignage de cette vie d’autrefois. Projection d’un film "Alpine Village" tourné en 1958.  (M Maget, ethnologue a fait une thèse sur "le Po Boulli")

Visites du four été mardi et  jeudi à 17h00  (si pluie visite possible 15 h sur RDV)
Sur rendez-vous: 0680611559 (M Ranque) ou 0674535204 (Mme Mathonnet)


Sur la Commune de la Grave, en activités 2 fours : un à "Ventelon", un au "Chazelet"

les fontaines et la signalétique "au FIl de l’Eau"

La commune de Villar d’Arène est bâtie sur un territoire traversé par plusieurs ruisseaux.
Les 1ers habitants ont réalisé des captages et canalisations.
7 fontaines alimentent le village :"Fontjirle", "Fonton", Du Four", De la cime", De la forge", "de la place" et "lavoir St Martin".
En fonction de leur emplacement , et utilisation, elles ont pris des formes et profondeurs différentes : lavoirs, fontaines basses pour alimenter les jardin ou faire boire les animaux, bassins hauts pour usage domestique.
Une signalétique patrimoniale "Au Fil de l’Eau" & un plan -créées par Les Enseignes de Villar d’Arène -  pour vous guider.
 

la place du village


La commune et ses habitants ont redonné vie à la grande place ancestrale et à la voie romaine.
Un lieu de vie : lieu de rencontres inter génération, terrains de jeux pour enfants, terrains de pétanque
L Église St Martin :
Un cadran solaire horizontal en mosaïque : construit par les élèves lors d’un échange transfrontalier avec l’Italie. Point de départ de la signalétique "Au Fil de l’Eau"

"



Le Jardin Botanique Alpin situé au du Col du Lautaret (commune de Villar d Arène)

Crée en 1899 , Le Jardin Botanique Alpin, est géré par L’institut Joseph Fournier (Grenoble)

Il rassemble plus de 2000 espèces de fleurs des Alpes et des montagnes du monde

La richesse des collections et l’aménagement en rocailles intégrées au paysage en font l’un des plus beaux d’Europe.

Des expositions par thèmes, complètent la visite. (visites libres et visites guidées)

Ouvert de Juin à Septembre : de 10 h  à 18 h                    

Tarifs réduits : groupes et moins de 18 ans
Gratuit  - de 12 ans
Accessible aux handicapés,

Jardin Alpin du Lautaret -
    Tél : 04 92 24 41 62  Site: 

jardin_1.jpg

réserve naturelle du COMBEYNOT

botanique_1.jpg

le site des Pics du Combeynot a été classé en réserve naturelle en 1974 .

Superficie : 685 ha ;
Altitude : de 1 820 à 3155 mètres ;

Située sur la commune de Villar d’Arène et de Monétier les Bains, cette réserve a pour objet la protection du milieu naturel, notamment de la biodiversité exceptionnelle de ce site.

Faune : 84 espèces de vertébrés dont 1 amphibien, 3 reptiles, 70 oiseaux dont 27 nicheurs, 11 mammifères

Flore : 17 espèces protégées au niveau national

Elle est dotée d’une règlementation spécifique et d’un plan de gestion de la réserve.



La grotte glacière de la Meije

Des passionnés sculptent la glace à 3200 m d’altitude, au sommet du Téléphérique des Glaciers de la Meije , situé sur la commune de la Grave "Pays de la Meije"... Cette Grotte de Glace,est un lieu magique à découvrir.... Chaque été , un thème différent.

Grotte de glace  

grotte_de_glace_1.jpg

Le Parc National des Ecrins

peche_2.jpg Le Parc national des Écrins a été crée en 1973.
Sur Villar d’Arène, où 70 % du territoire communal est situé dans le parc, la maison du PNE est située au Col du Lautaret.
Le Parc est partenaire et acteur dans le domaine de la conservation, la restauration et la mise en valeur du patrimoine local.
  A travers différents itinéraires de randonnées vous découvrirez une faune et une flore d’exception., des sommets prestigieux, des  paysages glaciaires
2013 - 1973 = 40 ans
"évènements des 40 ans"
Maison du Parc - Col du Lautaret - ouverte l’été - exposition : territoire
Parc Nationnal des Ecrins
 

Patrimoine

 :

  • L’habitat rural traditionnel: la rudesse du climat a influencé la structure de l’habitat . maison basse, toits en pignons à redents, petites fenêtres...construction avec matériaux locaux : pierre, ardoise. ..des "fareuilles" sur les portes.....
  • La place du village : une rénovation lui a redonné vie. elle est le lieu de rencontre inter-génération. Jeux pour enfants et terrain pétanque
  • Cadran Solaire : les écoliers de V.A ont crée un cadran solaire horizontal en mosaïque sur la place, point de départ du parcours "Au Fil de l’Eau".
  • l’église paroissiale St Martin : construite vers 1860, en tuf. Elle porte les caractéristiques de l’art néogothique (baies géminées du clocher,pyramidions, clocher en trois parties s’élevant au dessus du porche)
  • La Chapelle des Pénitents : la confrérie des Pénitents Blancs de V.A a été active jusque dans la 1ère moitié du XXème S. L’actuelle chapelle est une ancienne maison léguée en1843 par un membre de la confrérie. Un aspect extérieur ordinaire, mais un témoignage de la présence des pénitents blancs (objets de culte, bâtons pénitents)
  • Chapelle Ste Brigitte (privé) et Chapelle St Antoine = au Cours
  • Chapelle St Jean-Baptiste = au Pied du Col
  • Oratoires. Ils jalonnent la voie romaine, devenue "chemin médiéval",puis route du Lautaret (ancienne route) 10 oratoires à découvrir : "ND de L’Oulle", "St Martin la Chapelotte", "Les STs Anges", "ND des neiges", "St Jérome", "ND des Grâces", "St Anne", "St Bernard", "St Jean Baptiste" et "Ste Marie Madeleine"

  • Les Fontaines : 7 fontaines à découvrir "Fontjirle", "Fonton", "de la forge", "du four", "de la cime", "de la place" et "lavoir St Martin. (suivre la signalétique  patrimoniale  "Au Fil de l’eau"). Au Pied du COl (2 fontaines) Au Cours (2 fontaines)
  • Les Croix de mission : témoins de la ferveur de ce canton. Érigées lors de processions religieuses.


  • Les villages, "tchombra", grenier...
  • l’architecture : pierre, lauze, tuf (le tuf = pierre calcaire),
  • Les fermes traditionnelles ...
    une activité agricole encore intense (élevage de génisses, des agneaux appellation "agneau des alpes" .....fabrication de fromages

peche_2.jpg

"Au fil de l’eau "- thème de la signalétique patrimoniale au cœur de Villar d’Arène, village.

peche_2.jpg Une signalétique patrimoniale "Au Fil de l’Eau" crée à l’initiative des Enseignes de Villar d’Arène, et de la commune. 10 panneaux vous permettront de découvrir  Villar d’Arène,  ses spécificités patrimoniales....plan à disposition chez les commerçants adhérents de l’association...

Astronomie   Veillée aux Etoiles -  Nuit des Etoiles

L’Astroguindaine, un observatoire astronomique amateur, propose en été :

-des stages d’astronomie pour tous, du débutant au confirmé. 

- et  organise de soirées d’observation avec "La Veillée au Étoiles", "La nuit des Étoiles"....

Renseignements : .fleche.gif

astro_1.jpg

Un peu d’histoire..


Le passage du Col du Lautaret fut emprunté dès l’âge du Bronze.En l’an 1000 ans avant Jésus Christ.
Les romains construisirent un village fortifié nommé "Durotincum" (aujourd’hui Villar d’Arène). Cette voie de passage bien que difficile fut à partir du Moyen-Age incontournable pour rejoindre l’Italie. C’est ce qui procura la prospérité au pays.Le trafic s’intensifia en 1856 avec l’ouverture de deux tunnels et la transformation de la piste en route nationale. Puis au début du 20ème siècle, ce fut le tourisme qui nourrit le village.

La Faranche.

Les “ Faranchins” sont les habitants de la commune de Villar d’Arène, la “Faranche”. Ils se sont donnés ce nom, qui signifie “ les Affranchis ”, après avoir racheté au Seigneur Dauphin, entre 1361 et 1393, un certain nombre de libertés, leurs “privilèges” : la possession des terres communales, des fours et des moulins, le droit de répartir eux-mêmes les impôts, celui de s’assembler librement pour élire leurs responsables ( et pour gérer leur communauté. Ils ont préservé jalousement cette autonomie jusqu’en 1789.

Autogestion.
Durant des siècles et jusqu’en 1789, les communautés du Haut Dauphiné, ont été gérées par leurs habitants de façon démocratique. Les hommes, réunis en "assemblées", administraient leur village; c’était un privilège qu’ils revendiquaient avec force “de tout temps et ancienne coutume” chaque fois que le pouvoir central faisait mine de le réduire. Suivant des rituels complexes mais éprouvés par le temps, ils répartissaient les impôts au prorata des biens de chaque famille, ils élisaient pour un an un "consul", un secrétaire, des conseillers et les différents responsables des tâches nécessaires à la bonne marche de leurs affaires : le marguillier, le champier, l’homme chargé de l’entretien des chemins, celui qui accompagnerait les voyageurs de
passage, les pétrisseurs et le fournier qui feraient le pain. L’assemblée fixait les dates de la fauchaison, de la moisson, du départ des bêtes à l’Alpe et de leur retour et leur répartition dans les pâturages. Elle jugeait les délits ordinaires, décidait des procès de la communauté.
Chez eux, les Faranchins faisaient la loi. Il y avait une trentaine d’assemblées par an en moyenne. C’était généralement le consul qui prenait l’initiative de les convoquer; mais tout Faranchin pouvait susciter une réunion. À la belle saison, les hommes se réunissaient sur la place, autour du banc, pivot de la vie communale. Lorsque sévissait “la rigueur du froid et de la neige” ils se réfugiaient dans la salle, ou dans l’écurie, de l’auberge du "Lion d’or". Il étaient vingt, trente, jusqu’à quatre-vingt-dix au moment des grandes décisions. L’ordre du jour était inscrit sur le registre. Chaque problème, à tour de rôle, était explicité puis débattu, jusqu’à ce qu’une solution soit acceptée et contresignée par tous. Cet exercice de la démocratie directe, poursuivi durant des siècles, a formé ces hommes à l’art de la négociation; il était le fondement d’une autonomie bien réglée, indispensable à la survie du village.